A l’heure où Ivan Golberg et Kimbely Young et d’autres personnes débattent et décrient l’impact du ‘’désordre’’ dans l’utilisation des diverses technologies de l’information, en particulier l’impact des jeux vidéo, la liste de problèmes sociaux liés à cette dépendance ne cesse de s’élargir. De l’autisme à l’introversion, de l’éloignement aux autres en passant par l’illusion d’une vie, chaque intéressé trouvera son cas de problème.

Problème sociaux : l’autisme ou troubles comportementaux

Ceux qui consomment de manière excessive les matières numériques souffrent de l’autisme. Cette maladie est l’ensemble des troubles de comportement, des troubles de dialogue ou des lacunes de langage qu’on observe chez le geek. Directement, ces soucis semblent psychologiques mais indirectement, ils sont sociaux tant il est que le sujet dépendant gêne ou alors alarme son entourage.

Perte de temps, un frein au social

Les chiffres parlant d’eux-mêmes, inutile de revenir sur le taux de personnes qui dépendent des jeux vidéo. Prenez seulement le cas de la Corée du Sud. 20% de la population serait accro au jeu. Ces pehqdefault (7)rsonnes passent en moyenne 7 heures par jour devant le petit écran : télés, ordinateurs, téléphones, consoles, tablettes… C’est à une heure près, une journée de travail.

Des témoins avouent aussi que les sujets malades (frères, amis, copains, partenaires) restent scotchés au jeu même qu’ils ont d’autres obligations. Ils réussissent donc à perdre un temps précieux. Une perte pour la société

L’isolement, le coup de grâce

Plusieurs personnes avouent être délaissées par leurs proches geeks. Ils n’accordent plus du temps à leurs enfants, partenaires ou à tout type des proches. Ils vivent dans l’illusion, le virtuel. Ils entendent sans écouter. Ils acceptent pour se débarrasser. Ce qui cause de l’amertume, des divorces ou des enfants très frustrés. En plus, il y en a qui refusent de travailler, devenant donc des sangsues à entretenir.

Ils ne mangent pas, perdent donc du poids ou alors ils mangent trop, deviennent par conséquent obèses. La conséquence est de rendre les geeks très vulnérables, incapables de se concentrer sur autre chose que leur jeu, d’autres risquent même en jouant au volant…